Le cinéma primitif : Différence entre versions

De Tilde3 wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(creation)
 
m (Typo)
Ligne 9 : Ligne 9 :
 
* l''''uni-ponctualité''' : le film est en un seul plan (contr. : pluri-ponctualité).
 
* l''''uni-ponctualité''' : le film est en un seul plan (contr. : pluri-ponctualité).
  
Le cinéma primitif a aussi pu faire appel à un bonimenteur (conférencier précisant le film), à des cartons d’intertitres (à partir de 1903), à des orchestres, etc. On suit l’exemple des lanternes magiques, du cirque, du music-hall, du vaudeville.
+
Le cinéma primitif a aussi pu faire appel à un bonimenteur (conférencier précisant le film), à des cartons d'intertitres (à partir de 1903), à des orchestres, etc. On suit l'exemple des lanternes magiques, du cirque, du music-hall, du vaudeville.
  
 
== Georges Méliès ==
 
== Georges Méliès ==
Ligne 16 : Ligne 16 :
  
 
=== Premiers trucages du cinématographe ===
 
=== Premiers trucages du cinématographe ===
; L’arrêt de caméra : On filme un personnage dans un décor. On stoppe l'enregistrement, puis on filme le même décor mais sans le personnage. Il y a donc un effet de disparition du personnage.
+
; L'arrêt de caméra : On filme un personnage dans un décor. On stoppe l'enregistrement, puis on filme le même décor mais sans le personnage. Il y a donc un effet de disparition du personnage.
; La surimpression multiple : On mêle des impressions sur une même pellicule (le noir n’imprime pas la pellicule).
+
; La surimpression multiple : On mêle des impressions sur une même pellicule (le noir n'imprime pas la pellicule).
  
 
=== Différences entre Méliès et les frères Lumière ===
 
=== Différences entre Méliès et les frères Lumière ===
Ligne 39 : Ligne 39 :
 
=== ''Le Voyage dans la Lune'' (1902) ===
 
=== ''Le Voyage dans la Lune'' (1902) ===
 
* Tourné en lumière naturelle.
 
* Tourné en lumière naturelle.
* Fondus enchaînés : surimpression entre fins de l’image et début de l’autre (très utilisés pour éviter les coupures).
+
* Fondus enchaînés : surimpression entre fins de l'image et début de l'autre (très utilisés pour éviter les coupures).
* Pas de son, mauvaise définition d’image : on surjoue, on grime les acteurs.
+
* Pas de son, mauvaise définition d'image : on surjoue, on grime les acteurs.
  
 
== David Wark Griffith ==
 
== David Wark Griffith ==
Ligne 49 : Ligne 49 :
 
* Rationalisation de la production du film (monteurs, techniciens…)
 
* Rationalisation de la production du film (monteurs, techniciens…)
 
* Homogénéisation du scénario, du jeu, de la lumière, etc.
 
* Homogénéisation du scénario, du jeu, de la lumière, etc.
* Dynamisation de l’action (raccords, gros plans insérés à l’histoire).
+
* Dynamisation de l'action (raccords, gros plans insérés à l'histoire).
 
* Montage parallèle.
 
* Montage parallèle.
 
* Gros plans à des fins expressives.
 
* Gros plans à des fins expressives.

Version du 8 février 2014 à 05:36

Naissance autour 1900

Les grands représentants sont Georges Méliès et les frères Lumière.

Les caractéristiques du cinéma primitif sont :

  • la non-homogénéité dans le jeu des acteurs, les raccords…
  • la non-clôture de l'œuvre : le film est vendu (et non loué) et est souvent transformé.
  • la non-linéarité : mouvements répétés, décalés (pas de raccords).
  • l'uni-ponctualité : le film est en un seul plan (contr. : pluri-ponctualité).

Le cinéma primitif a aussi pu faire appel à un bonimenteur (conférencier précisant le film), à des cartons d'intertitres (à partir de 1903), à des orchestres, etc. On suit l'exemple des lanternes magiques, du cirque, du music-hall, du vaudeville.

Georges Méliès

1861-1938. Prestidigitateur à l'origine.

Premiers trucages du cinématographe

L'arrêt de caméra 
On filme un personnage dans un décor. On stoppe l'enregistrement, puis on filme le même décor mais sans le personnage. Il y a donc un effet de disparition du personnage.
La surimpression multiple 
On mêle des impressions sur une même pellicule (le noir n'imprime pas la pellicule).

Différences entre Méliès et les frères Lumière

Méliès Frères Lumière
Cinéma spectaculaire Cinéma testimonial
Plusieurs plans (pluri-ponctualité) Un seul plan (uni-ponctualité)
Trucages Images de la réalité, réalité de l'image

Le Voyage dans la Lune (1902)

  • Tourné en lumière naturelle.
  • Fondus enchaînés : surimpression entre fins de l'image et début de l'autre (très utilisés pour éviter les coupures).
  • Pas de son, mauvaise définition d'image : on surjoue, on grime les acteurs.

David Wark Griffith

1875-1948. Considéré comme le père du langage cinématographique (vers 1915).

Naissance d'une nation (1915)

  • Rationalisation de la production du film (monteurs, techniciens…)
  • Homogénéisation du scénario, du jeu, de la lumière, etc.
  • Dynamisation de l'action (raccords, gros plans insérés à l'histoire).
  • Montage parallèle.
  • Gros plans à des fins expressives.

Intolérance (1916)

  • Rythme rapide entre les plans.
  • Dissociation du savoir du personnage et du spectateur (créée le suspens).

Autres occurences

The Train Robbery (1903)

Edwin S. Porter, USA

  • Homogénéité du film
  • Diversités des plans :
    • Plan panoramique : les brigands dans la colline
    • Plan rapproché final : le brigand tire sur les spectateurs