Jouer Jeanne d'Arc

De Tilde3 wiki
Aller à : navigation, rechercher

Repères chronologiques

Jeanne d'Arc

  • Domrémy, v. 1412 - Rouen, 1431
  • Procès de réhabilitation en 1456.
  • Oubliée par la Renaissance.
  • Méprisée et considérée comme illuminée (dans l'Encyclopédie) par les Lumières.
  • Redécouverte par le XIXe siècle romantique comme figure historique et non religieuse.
  • Publication des Procès par Jules Quicherat (5 volumes, 1841-1849) :
    • La dimension religieuse est évacuée ;
    • Les causes d'une folie sont recherchées (Jeanne est violée ? Sa sœur est tuée ?
    • Le premier procès considéré comme valable
      la validité du premier procès et la folie sont d'ailleurs privilégiées dans l'approche anglaise de Jeanne d'Arc.
  • Années 1860 : approche chrétienne favorisée.
    Le second procès est alors considéré comme valable.
  • 1909 : béatification.
  • 1920 :
    • Canonisée par l'autorité catholique ;
    • Élevée au rang de sainte patronne de France par les Républicains.
  • Devient très tôt un personnage de l'art (et notamment du cinéma).
  • Courant XXe siècle : le problème ne vient pas des Anglais (alliés français à l'époque) mais de Isabeau de Bavière (épouse de Charles VI, roi de France, mort en 1422).

Les questions nécessaires à l'analyse

Par rapport au film
Quelle est la position du personnage dans la dramaturgie ? Comment est-il mis en scène ?
Comment le personnage est-il présenté ? À quoi est-ce lié ? (contexte de production, vision culturelle de Jeanne d'Arc à ce moment-là, etc.)
Par rapport à l'actrice
Comment travaille-t-elle avec le corps de Jeanne d'Arc ? (Masculin/féminin, guerrier/intime, l'épée/l'étendard…)
Comment travaille-t-elle ses postures, ses gestes ? (L'image de Jeanne d'Arc oscille entre une image figée (voir les postures-types de Jeanne dans la représentation populaire) et une image migrante.

Analyse de Joan the woman

Cecil B. DeMille (US, 1916)

Contexte

Les balbutiements du cinéma.

  • Début du cinéma des studios
  • Début du star-system
    • Mary Pickford
    • Lilian Gish (femme de D. W. Griffith)
    • Douglas Fairbanks
  • Création de United Artist
United Artist
Société états-unienne de distribution puis de production.
Fondée en 1919 par Charles Chaplin, Douglas Faibanks, D. W. Griffith et Mary Pickford.
Proposait une certaine liberté artistique.

L'Europe est en période de guerre.

  • La production française (la plus importante auparavant) est plombée.
  • Cette situation profite aux USA.

Période d'instabilité :

  • Esthétique,
  • Actorielle,
  • Économique.

Structure du début du film

  1. Présentation décontextualisée / majesté du personnage (illustre la figure).
  2. Séquence des Anglais dans les tranchées en 1916.
  3. Jeanne bergère (illustre le personnage).

Enjeux

Dimension historique.
Lors de la première du film, des objets du XVe siècle sont disposés à l'entrée.
Le film veut valoir comme reconstitiution (légitimation).
Exaltation de la vertu guerrière.
Contexte d'entrée en guerre des USA (tournage du film alors que les USA hésitent à s'engager)[1].
Sortie du film au moment de l'intervention US.
Problème dans le traitement des Anglais, alliés durant la guerre. Solution scénaristique : Jeanne et un officier anglais sont amoureux. En outre, l'épisode de Jeanne est un flash-back et se ferme sur l'héroïsme du soldat anglais (figure sacrificielle équivalente à Jeanne d'Arc).

Aura actoriel

Geraldine Farrar
USA, 1882-1962
Cantatrice et actrice.
Grande réputation (diva de la scène et célèbre pour sa vie privée).

Corps de l'actrice

Geraldine Farrar en Jeanne d'Arc. Elle a 34 ans lorsqu'elle interprète le rôle, alors que Jeanne est morte à 19 ans.

Féminité évidente :

  • Des formes physiques,
  • Des cheveux,
  • Des vêtements.

Une féminité :

  • Très mal vue par la critique française,
  • Très bien accueillie par la critique US.

Traitement réaliste du personnage, mais :

  • Âge avancée,
  • Physique lourd,
  • Jeu pesant, terrien.

Mouvements de l'actrice

Une gestuelle très codifiée :

  • Mouvements amples des bras,
  • Déplacement minimal,
  • Jeu supérieur du corps.

Dans les années 15 en Italie, le divisme est à son apogée.

Divisme 
Sophistications des mouvements, des poses et des figures. On parle alors de divas de cinéma.

Sources

Filmographie sélective

  • Jeanne d'Arc, avec Jeanne D'Alcy (Georges Méliès, Fr., 1899)
  • Joan the woman, avec Geraldine Farrar (Cecil B. DeMille, US, 1916)
  • La Passion de Jeanne d'Arc avec Renée Falconetti (Carl T. Dreyer, Fr., 1928)
  • Joan of Paris, avec michèle Morgan (Robert Stevenson, US, 1942)
  • Joan of Arc, avec Ingrid Bergman (Victor Fleming, US, 1948)
  • Destinées (sketch : « Jeanne »), avec Michèle Morgan (Jean DELANNOY, Fr., 1954)
  • Saint Joan, avec Jean Seberg (Otto Preminger, US, 1957)
  • Procès de Jeanne d'Arc, avec Florence Delay (Robert Bresson, Fr., 1962)
  • Jeanne la Pucelle (2 parties : « les Batailles » / « les Prisons »), avec Sandrine Bonnaire (Jacques Rivette, Fr., 1993)
  • The Messenger (tourné en anglais), avec Milla Jovovich (Luc Besson, Fr., 1999)
  • Jeanne captive, avec Clémence Poésy (Philippe Ramos, Fr., 2011)

Bibliographie sélective

  • TWAIN, Mark (sous le pseudonyme de Louis De Conte). Le Roman de Jeanne d'Arc (titre original : Personal Recollections of Joan of Arc). Éditions du Rocher, 1895
  • A. DE LA BRETÈQUE, François. L'Imaginaire médiéval dans le cinéma occidental. Paris, Honoré Champion (« Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge »), 2004
  • Ouvrages de la médiéviste Régine Pernoud.

Pistes possibles sur la question des migrations d'image

  • Les bases de l'iconologie, début XXe siècle.
  • Les travaux de Georges Didi-Huberman
  • AUMONT, Jacques. Matières d'images. Éditions Images modernes, 2005
  • L'Image, Flammarion (Coll. GF Corpus Philosophie), 2011

Références

  1. Les Studios d'Hollywood ont toujours servie la propagande interventionniste.